Après votre Service Civique ?

Après votre Service Civique, allez vers l'emploi

Vous terminez ou vous avez terminé votre mission de Service Civique et vous recherchez un emploi ?

Sachez que votre organisme d’accueil a la responsabilité de vous accompagner en effectuant un bilan de vos projets, en vous facilitant des contacts ou en vous délivrant une attestation. Par ailleurs, les partenaires de l'Agence du Service Civique peuvent aussi vous accompagner dans vos recherches.

Vous êtes ou serez bientôt à la recherche d'un premier emploi après votre Service Civique ? Si vous êtes titulaire d’un diplôme à finalité professionnelle de l'enseignement secondaire ou supérieur, et âgé de moins de 28 ans, vous pouvez peut-être bénéficier de l'Aide à la Recherche du Premier Emploi (ARPE).

Ce dispositif s'adresse aux jeunes qui bénéficiaient d’une bourse au cours de la dernière année de préparation de leur diplôme et qui entrent sur le marché du travail en situation d’inactivité à l’issue de leur formation. L'ARPE est mise en œuvre depuis la rentrée 2016.

Les jeunes diplômés intéressés disposent de 4 mois après l'obtention de leur diplôme pour déposer leur demande en ligne sur les deux sites concernés :

  • L'ARPE pour les diplômés du Secondaire
  • L'ARPE pour les diplômés de l'enseignement supérieur

Plus d'infos : www.service-civique.gouv.fr/page/apres-votre-service-civique

Institut de l'engagement

Après un volontariat, l’Institut de l’Engagement !

Après un Service Civique, Service Volontaire Européen, Volontariat de Solidarité Internationale ou un bénévolat, un accompagnement personnalisé sur votre projet d’avenir : reprise d’étude, recherche d’emploi, création d’activité.

www.engagement.fr/

Pourquoi un Institut de l’Engagement ?

Les volontaires peuvent révéler pendant leur période de volontariat un sens des responsabilités, une capacité d’initiative, un esprit d’équipe, un engagement… l’envie de porter un projet ambitieux. De nombreux employeurs et établissements d’enseignement souhaitent aujourd’hui enrichir leurs équipes en valorisant ces qualités spécifiques, mais ne savent pas comment rencontrer les jeunes qui en sont porteurs : l’Institut de l’Engagement est une association qui construit les ponts qui leur permettent de se rencontrer.

Nos chiffres clés

  • 10 800 jeunes ont déposé un dossier projet ; ils ont précisé leur projet, ont échangé avec leurs tuteur et témoin, ils ont reçu des conseils des examinateurs qui ont évalué leur dossier / 3 000 en 2017
  • 8 000 jeunes ont bénéficié d’un entretien ; ils ont présenté leur projet d’avenir et recueilli les conseils et avis de professionnels bienveillants / 2 000 en 2017
  • 3 100 lauréats ont été accompagnés pour concrétiser leur projet / 700 en 2017
  • 350 partenaires : entreprises, établissements de formation, fondations, associations, partenaires publics…
  • Plus de 2 000 bénévoles mobilisés chaque année aux côtés de l’Institut et de ses lauréats
  • 90% de taux de succès pour les lauréats, quel que soit le parcours : validation année d’études, CDD > 6 mois ou CDI, progression création d’activité

À qui s’adresse l’Institut de l’Engagement ?

L’Institut de l’Engagement est une association loi 1901 qui s’adresse à des volontaires repérés pour leur potentiel, la qualité de leur engagement et l’intérêt de leur projet d’avenir. Il apporte un soutien personnalisé pour permettre d’accéder à des formations, des emplois, pour réaliser ce potentiel. L’Institut de l’Engagement s’adresse tout autant aux écoles et aux entreprises qui souhaitent diversifier leur recrutement, sans renoncer à leurs exigences d’excellence.

Que fait l’Institut ?

Témoignages

Michel, 21 ans

Domaine d’activité : Solidarité 

Service Civique : Que faisiez-vous avant de vous engager en Service Civique ?

J’ai effectué un Brevet de Technicien Supérieur, dit BTS SP3S : Services et prestations des secteurs sanitaires et social, que j’ai obtenu en 2017. J’ai poursuivi avec une première année de licence en psychologie mais cela ne m’a pas plu et je me suis donc inscrit à Pôle Emploi pour chercher un emploi. -

SC : Comment avez-vous trouvé et choisi votre mission ?

Comme je l’ai dit, j’étais inscrit à Pôle emploi. Il s’agissait d’une période de flou, j’étais ouvert aux propositions et à la découverte de nouveaux horizons. C’est effectivement ce qu’il s’est passé lorsque Pôle emploi m’a parlé du Service Civique. Mon entourage m’a également parlé de ce volontariat, notamment une amie qui en a effectué un. J’ai décidé de chercher une mission en lien avec mon parcours et j’ai été pris au Conseil départemental de Tarn pour soutenir les personnes en difficulté dans les démarches à caractère social et administratif dans une maison du département.

SC : Que faites-vous dans le cadre de votre mission ? Quelles sont vos activités ?

Il s’agit d’une mission de huit mois, de janvier à septembre 2018. Concrètement, la mission consiste en deux tâches principales. Je faisais un accompagnement social pour les usagers qui en avaient besoin. Il s’agissait de personnes isolées, en difficulté, ou vulnérables ; par exemple des personnes en situation de handicap ou des personnes vivant dans une grande précarité. J’aidais également ces personnes dans leurs démarches administratives et en particulier pour tout ce qui concerne la dématérialisation des services puisque les usagers en difficulté sont souvent peu habitués à effectuer les démarches en ligne et plus largement au numérique. Il s’agit d’un travail d’équipe, pour lequel il faut savoir s’adapter et être pragmatique.

SC : Qu’est-ce que cette mission vous apporte ?

Ce que j’ai préféré est le fait de partager mes compétences dans un domaine dans lequel je souhaite travailler. Le Service Civique m’a permis de renforcer à la fois mon projet, mes compétences et aussi mon réseau. Le côté humain aussi m’a marqué. J’ai rencontré des gens. J’ai aidé des gens. Mais j’ai également appris des gens. J’ai pu déconstruire mes préjugés de cette façon. De plus, cette mission a été bénéfique sur le plan personnel puisque j’ai appris à dépasser ma peur de conduire. Enfin, l’environnement dans lequel j’étais m’a stimulé et conforté dans mon orientation. J’ai eu mon concours écrit CHU et je commence la formation en septembre.

SC: Recommanderiez-vous le Service Civique ?

Absolument, d'autant plus que je suis très bien encadrer ! Le volontariat est une très bonne manière de s'engager dans un domaine qui nous intéresse et cela est bénéfique à la fois pour les autres et pour nous-mêmes.

Lara, 26 ans

Domaine d’activité : Solidarité

Service Civique : Que faisiez-vous avant de vous engager en Service Civique ?

Lilloise d’origine, j’ai poursuivi des études d’archéologie à Paris. A l’issue de mon master, j’ai décidé de faire un break de deux ans afin de me ressourcer. Dans ce cadre j’ai été baby-sitter 25 heures par semaine et, en quête de sens, cela m’a inspiré pour commencer à réfléchir à un projet en lien avec les enfants.

SC : Comment avez-vous trouvé et choisi votre mission ?

Tout simplement en cherchant un plan B en parallèle de mon plan A de reprise d’études. Une amie en Service Civique m’a parlé du volontariat. Séduite par l’idée, cela est rapidement devenu mon plan A. Je voulais porter mon projet et le Service Civique d’initiative s’est trouvé être le meilleur moyen pour y parvenir.

SC: Que faisiez-vous dans le cadre de votre mission ? Quelles étaient vos activités ?

Cette mission s’est déroulée entre novembre 2017 et juin 2018. Mon projet « Les inventuriers » a consisté à agir en équipe pour penser et mettre en place des ateliers d’archéologie auprès d’enfants de quartiers prioritaires dans le Val d’Oise. C’est le fruit de nombreux échanges avec des acteurs associatifs et institutionnels locaux. Sur le terrain, j’ai eu un rôle de médiatrice nomade en rencontrant des enfants autour d’ateliers de fouille, d’éducation à la culture et l’histoire de l’art, au dessin.

SC : Qu’est-ce que cette mission vous apporte ?

Il s’agit de mon premier véritable engagement solidaire. Faire un volontariat en lien avec ma passion m’a permis d’apprécier d’autant plus ce que je faisais et incité à m’impliquer au maximum de mes capacités et vivre une expérience différente. J’ai pu monter mon propre projet et cela est très valorisant. Le partage, la solidarité, l’entraide et la citoyenneté sont des valeurs que je possédais déjà et que j’ai pu renforcer et promouvoir grâce à cette mission. Par ailleurs j’ai été séduite par la dynamique d’Unis-Cité où l’on est amené à œuvrer avec des profils différents, en équipe, avec un véritable esprit de coopération. Je me rends compte que, contrairement à ce que je croyais auparavant, cela me plaît, me motive et je souhaite travailler comme cela dans ma vie professionnelle. Lauréate de la Fondation Deloitte, je vais mettre à profit les moyens que je vais obtenir pour continuer à développer mon projet et en faire un projet pour les autres et pour moi-même.

SC : Est-ce que vous recommanderiez le Service Civique ?

Tout à fait, je suis reconnaissante car c’est le Service Civique qui m’a permis de concrétiser mon projet et ainsi réaliser que je peux me servir de ma passion à des fins solidaires et professionnelles.

Lucas, 25 ans

Domaine d’activité : Développement international et action humanitaire

 

Service Civique : Que faisiez-vous avant de vous engager en Service Civique ?

Originaire d’Alsace, j’ai fait une licence d’Information-Communication à Nice, avant de poursuivre par un master de journalisme à Lyon, que j’ai validé en juin 2016. A partir de là, j’ai enchaîné un certain nombre de CDD dans le journalisme.

SC : Comment avez-vous trouvé et choisi votre mission ?

J'ai trouvé ma mission parmi les offres qui figuraient sur le site de l'Agence du Service Civique. J'ai postulé à plusieurs offres en axant mes candidatures sur les missions à l'étranger. Et j'ai choisi cette mission parce que mes parents sont déjà partis deux fois au Togo et que c'est un pays que je souhaitais découvrir.

SC : Que faites-vous dans le cadre de votre mission ? Quelles sont vos activités ?

Ma mission chez Terre d'Echanges a commencé en janvier et s’est déroulée en trois temps. Dans un premier temps, j’ai organisé et promu les différentes activités et actions de l’association, en France. Ensuite, j’ai pris la route du Togo pour suivre et encadrer la dernière étape d’accès à l’eau de l’association, assister à la création de la Section Togo et être en charge de la promotion des activités de l’association sur place. Enfin, de retour en France, j’ai aidé à la préparation du Festival Terre d’Echanges du moins de juin lors de mon retour en France, et aidé à remplir des dossiers de demandes de subventions pour le prochain grand projet de l’association.

SC : Qu’est-ce que cette mission vous apporte ?

Beaucoup de choses ! J’ai pu me découvrir moi-même en découvrant des compétences graphiques et digitales. J’ai aussi pu faire de très belles rencontres, aussi bien en France qu’au Togo. J’ai notamment pu vivre dans une famille de Togolais pendant près de quatre mois, qui est devenue une deuxième famille pour moi et m’a permis de découvrir une nouvelle culture. Il y a enfin toutes les nouvelles connaissances que j’ai acquises sur le fonctionnement associatif, domaine dans lequel je souhaite travailler et pour lequel l’Institut de l’Engagement va m’accompagner pendant un an. Mon employeur actuel m’a dit que cette mission a été un « plus sur mon CV ».

SC : Est-ce que vous recommanderiez le Service Civique ?

Je recommanderai évidemment le Service Civique !

RDV au PIJ !

Pour plus d’informations sur le Service Civique tu peux contacter :

Fantine FAURE, chargée de mission, plateforme du Service Civique

service-civiqueping@carpentraspong.fr 

Tel. 04 90 60 84 00 / 06 98 88 94 14

Du lundi au vendredi  de 11h à 17h non stop (fermé le jeudi).